A+ A A-

CMA CGM : le plus grand navirejamais construit

Le marseillais CMA CGM lance le plus grand navire français jamais construit

LE MONDE ECONOMIE | 06.10.2015 à 06h44 | Par Denis Cosnard

image: http://s1.lemde.fr/image/2015/10/06/534x0/4783058_6_1020_le-bougainville_6dca6e9075266e6e2ab2efd8f53c70dc.jpg

Le Bougainville.

Les hommes de CMA CGM sont fiers comme jamais. Pour la deuxième fois en deux ans, François Hollande inaugure en personne un de leurs bateaux. Après le Jules-Verne à Marseille en juin 2013, le président de la République devait se rendre au Havre, mardi 6 octobre, pour lancer le Bougainville, le nouveau porte-conteneurs du groupe maritime français. Un événement rare : depuis cinquante ans, après la mise à l’eau du paquebot France par le général de Gaulle, aucun locataire de l’Elysée n’avait plus coupé de ruban tricolore dans ce genre de cas.

Cette fois-ci, avant d’envoyer la traditionnelle bouteille de champagne se fracasser contre la coque, M. Hollande ne devrait pas manquer de vanter tout ce qui fait du Bougainville un navire exceptionnel. « Le plus grand porte-conteneurs battant pavillon français », souligne son armateur.

Long de 398 mètres, l’équivalent de quatre terrains de football mis bout à bout, et large de 54 mètres, le Bougainville constitue un bon témoin de la course au gigantisme dans laquelle se sont lancés CMA CGM et ses rivaux, comme le danois Maersk ou l’italien MSC. Pour accompagner la croissance mondiale, en particulier celle des échanges entre l’Europe et l’Asie, tous ont investi dans des bâtiments capables de transporter toujours plus de marchandises à un coût toujours plus serré. Celui inauguré au Havre a coûté 150 millions de dollars (135 millions d’euros) et peut contenir jusqu’à 18 000 conteneurs. Les prochains, déjà réservés par CMA CGM, seront à même de charger 20 600 de ces boîtes en acier de toutes les couleurs. Ils entreront en service en 2017.

Appareils électroniques contre pommes de terre

Lorsque CMA CGM a passé commande du Bougainville et de cinq autres bateaux équivalents aux coréens Samsung et Hyundai en 2013, ses dirigeants rêvaient sans doute d’une conjoncture plus flamboyante pour leur livraison. Aujourd’hui, cette série de porte-conteneurs arrive alors que la croissance du commerce international est tombée en dessous de 3 % par an, et que le ralentissement de l’économie chinoise se confirme. Les transporteurs ont trop de bateaux par rapport aux besoins, si bien que les tarifs baissent. Ils se situent à leur plus bas niveau depuis des années.

Dans ces circonstances, « le Bougainville reste pertinent du fait de son excellente compétitivité », assure Nicolas Sartini, le directeur des lignes Asie-Europe chez CMA CGM. Pour sa première traversée, le bateau a d’ailleurs quitté la Chine chargé à bloc de vêtements, d’appareils électroniques et d’autres articles qui se retrouveront dans les magasins européens pour Noël. Il repartira ensuite vers l’Asie, sans doute un peu moins plein, avec de la luzerne française destinée aux pur-sang des haras d’Abou Dhabi, ou des pommes de terre bretonnes pour le Koweït. Dalian-Hambourg et retour, un voyage de soixante-dix-sept jours effectué en boucle des années durant.

La direction de CMA CGM estime en outre que les vaisseaux modernes comme le Bougainville l’aident à gagner des parts de marché. Au deuxième trimestre, le groupe a d’ailleurs réussi à transporter 6 % de conteneurs de plus qu’un an auparavant, dans un marché mondial en hausse de seulement 1 % à 2 %.


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/10/06/le-marseillais-cma-cgm-lance-le-plus-grand-navire-francais-jamais-construit_4783060_3234.html#gfE2E9W7MezU4V9V.99